Buy

Press

  • CHRO

    "La voix de néo-Chet Baker (...), dense et fragile, agrège dans son sillon chaud des arrangements épars, atomisés justement, où la notion d’espace prend tout son sens. Nylon jazzy de la guitare, clavier pastel, folk famélique et pas grand chose d'autre – si, quelques cordes fantomatiques. Quelque chose de Thelonious Monk​ dans le mood, et beaucoup d'air entre les notes."

  • THE DRONE

    "De "défenseur de ballades avant-gardistes" à "descendant médiévalisant d'Arthur Russell​" en passant par "troubadour post-moderne", il y a de quoi sérieusement saliver. Il semble bien que l'on veuille nous faire croire que le folk, comprendre quelque chose qui n'a rien à voir avec la grande folk music anglo-saxonne et qui se résume souvent à de la performance de chansons maisons dans leur plus simple appareil - guitare/voix -, n'est pas mort. "

  • POLY

    "Eric Chenaux place sa voix (gracile) au centre de ses morceaux, romances ancestrales renouant avec l’âme du folk, muni de sa guitare dont il fait pleurer les cordes, parfois armé d’un archet. Ses balades moyenâgeuses nous plongent dans les compositions cinématographiques de Ry Cooder, dans la ouate d’un Robert Wyatt, les volutes d’un bâton d’encens qui se consume lentement, une constellation de sensations."

  • UNCUT (UK)

    "In the field of avant guitar wrangling, Chenaux's style is genuinely distinctive. His latest is an(other) effortlessly lovely solo set that recalls John Martyn, Marc Ribot, Arthur Russell and the Hardanger fiddle tradition, as it weaves trippily between improve jazz, electronica, folk-drone and lounge balladry. Chenaux's pure, sweet voice soars along Chet Baker and Jeff Buckley lines and he's no lyrical slouch, although an instrumental interpretation of the Rodgers and Hart classic "My Romance" is a highlight. More heartmelter than skullsplitter - but just as ruinous."

  • LE TEMPS (Suisse)

    "Chez Chenaux, seule la voix quasi séraphique fait office de fil rouge dans des chansons qui ne tiennent jamais en place, bifurquant là aussi à chaque motif vers une strate différente, un courant alternatif, une harmonie inattendue."

  • EXCLAIM (Can)

    "A triumph of post-modern songwriting. Chenaux's combination of hacked music box guitar experimentation and lonely lounge crooning conjures a spell simply too enchanting to break. 'Skullsplitter' dispatches the listener on a mission to crack the mysteries of time and space, and without offering much in the way of answers, its potential for repeat listens is enough of a reward."

  • LES CHRONIQUES DE CHARLU

    "Distorsion, contrainte alvéolaire, la musique d'Eric Chenaux cette fois-ci plonge dans un trouble acoustique comme on aperçoit un oasis sonore délicieusement fou. Claviers mous, guitares asthmatiques, lumières aveuglantes et voilées, les chansons de 'Skullsplitter' cherchent la plénitude respiratoire à travers un trouble pulmonaire endormi. C'est un équinoxe déglingué par une lune dézinguée. J'en redemande."

  • LE PETIT BULLETIN
    "Eric Chenaux, mercenaire intimiste ; le Canadien fait partie de ces artistes qui, après plusieurs dizaines d’années à œuvrer dans l’avant-garde artistique et l’expérimentation sonore pure et dure, décident de se confronter à une certaine forme de classicisme pop épuré à l’extrême. Qu’on ne s’y trompe pas pour autant : aucune trace de renoncement dans cette démarche."
  • LE CANAL AUDITIF (Canada)

    "Avec de la guitare électrique amplifiée, non amplifiée, une guitare à cordes de nylon, des haut-parleurs, un mélodica et un arsenal de pédales, Chenaux a créé un disque onirique. Skullsplitter fait partie de ces albums à écouter les yeux mi-clos."

  • XSILENCE

    "Minimaliste il est un peu, mais le disque [Skullsplitter] se voit nimbé des drones les plus tendres qui soient, ceux-là tissant un cocon réconfortant – presque maternel, dans lequel se blottir au long de l'écoute. Dissonant il l'est aussi, par moment ; la guitare rappelle parfois le style d'improvisation de Derek Bailey en plus accessible, mais cette atmosphère d'infini calme transforme ces écarts harmoniques en de simples parenthèses éthérées, hors de l'existence."

  • HOP BLOG

    "La dernière douceur du jour sera à mettre au crédit d’Eric Chenaux, un chanteur guitariste canadien qui, avec sa voix très claire et quelques pédales d’effets, signe un disque étonnant et en tout cas très original : Skullsplitter."

  • ADDICT-CULTURE

    "Étrange car la musique pratiquée par Eric Chenaux sur ce disque (Skullsplitter) est une sorte de blues indolent, d’une grande légèreté, formant en continu des volutes vaporeuses et instables. Étrange, car il n'y a jamais de terrain stable chez elle, elle semble onduler en permanence non seulement en lien avec le traitement particulier des instruments (guitares et claviers) mais aussi du fait qu’il n’y ait aucune percussion pour stabiliser le tout. Tout cela pourrait être angoissant s'il n'y avait pas en contrepoint, faisant office de repère bienveillant, la voix chaude et profonde d’Eric Chenaux."

  • VOIR (Canada)

    "Les traitements qu’il fait subir à sa guitare donnent à ses chansons des airs de blues psychédéliques et des chatoiements à la Ry Cooder. Chenaux nous promène entre véritable contemplation et fausse nostalgie, et on se laisse porter avec plaisir par ses mélopées nuageuses."

  • QUICK BEFORE IT MELTS

    "[There is] an invisible boundary between Cheneaux’s vocals and fretwork, each following its own intricate pattern and progression, with only the briefest, marvellous occasions where the two elements overlap in synchronicity. ‘Skullsplitter’ is rife with moments like this, where Chenaux has his way with his instruments, bending notes, string and the space-time continuum itself in an exploration to the outer limits of what guitar and voice in tandem can sound like. His improvised style of playing seemingly random, free-form compositions punctuates the juxtaposition of guitar and voice. […] Whether he appeals to your left or right brain sensibilities, Eric Chenaux’s 'Skullsplitter' will undoubtably entice all of your senses with its mesmerizing, time-warping ability."

  • THE WIRE

    "His high, mellifluous croon beckons rather than browbeats, mildly inviting you ever deeper into the sound that moves and contracts around it. His acoustic guitar playing takes its easy swing from pre-bebop jazz and its hushed sonorities from a preference for nylon strings; you’ll hear no American Primitive moves when he starts strumming."

  • TIME OUT

    "Tout simplement unique. Voilà comment on pourrait décrire la musique d’Eric Chenaux, guitariste-chanteur talentueux malheureusement méconnu dans nos contrées. Espérons que 'Skullsplitter' son nouvel album  sur le label Constellation, prévu pour le 17 février 2015, porte son folk-jazz à des sommets de raffinement plus aboutis encore que sur son magnifique ‘Guitar & Voice’ (2012), et le révèle à un public plus large."

  • ERIC DARSAN

    "Introspectif, lancinant, psychédélique, sensuel et réjouissant, 'Skullsplitter' dont le titre et les guitares saturées semblaient nous promettre une belle gueule de bois nous entraîne sans répit mais sans effort non plus dans une longue ballade folk et savante aux accents tour à tour hawaïens, médiévaux et solennels, où la douceur de vivre rejoint un jazz mâtiné d'une soul portée par un chant successivement suave et nostalgique."

2247

Eric Chenaux
Skullsplitter


14
Feb
Eric Chenaux
AngersMusée Jean Lurçat
+
12
Mar
Eric Chenaux
BiarritzLibraire Le Festin Nu
30
Mar
Eric Chenaux
LyonLe Bal des Fringants

Contact



Murailles Music reçoit le soutien de: